Canada : Un nouveau guide journalistique pour couvrir la santé mentale

Le Forum du journalisme canadien sur la violence et le traumatisme (FJCVT) et CBC News (le groupe médiatique du secteur public canadien) élaborent un guide en version papier et numérique, destiné aux jeunes journalistes et aux journalistes généralistes. Ce guide vise à faire évoluer les pratiques concernant la couverture du phénomène de la santé mentale, un véritable enjeu au Canada. 

AP Stylebook Crédit Photo : George Kelly

AP Stylebook Crédit Photo : George Kelly

Il n’existe pas beaucoup de formations spécifiques en journalisme au Canada, la profession est ouverte. L’importance est plus donnée à l’expérience.  Ces mots sont ceux de Jean-Hugues Roy, journaliste et professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Devant l’arrivée de ces journalistes n’ayant pas toujours les réflexes du métier, certains organismes mettent sur pied des ouvrages d’aide et de pratique. La fédération professionnelle des journalistes du Québec met par exemple à disposition un guide de déontologie. Mais outre les règles de base de la profession, des groupes de journalistes expérimentés et d’experts produisent maintenant des guides pour couvrir certains sujets sensibles. Ainsi, le Forum du journalisme canadien sur la violence et le traumatisme (FJCVT) et CBC News lancent le 24 avril 2014 à Toronto un guide complet du reportage sur la santé mentale.

La santé mentale, enjeu social

« 20% de la population canadienne connait des problèmes de santé mentale » témoigne Jane Hawkes, productrice exécutive du guide. « Le phénomène devient particulièrement un enjeu lors des affaires de justice. Une personne souffrant de troubles mentaux graves a-t-elle conscience de ses actes ? Donc est-elle responsable ? Ces questions font débat. Du point de vue de journaliste il est primordial de comprendre ces problématiques pour couvrir au mieux ces affaires », poursuit Mme Hawkes. Selon elle, les 10 dernières années marquent une amélioration en ce sens, même si il reste un long chemin à parcourir. En 2008, par exemple, une affaire sordide a secoué le pays. Un jeune homme est décapité dans un bus. Son meurtrier, Vince Li, est la cible d’un déchainement des médias et du grand public. Pourtant, il ne sera pas reconnu coupable, puisque souffrant de schizophrénie. Mais la peur est toujours présente lorsque l’on évoque le nom de Vince Li, même si celui-ci est désormais traité dans un espace spécialisé et a reconnu sa maladie. Jane Hawkes explique : « la plupart des personnes atteintes de troubles mentaux ne commettent heureusement pas de meurtre. Il ne faut donc pas non plus stigmatiser ces personnes. C’est aussi la responsabilité des journalistes. Il faut faire attention au pouvoir des mots. »

Un guide par des journalistes, pour des journalistes et sur des journalistes

Entre 50 et 60 personnes ont travaillé à l’élaboration du guide. Majoritairement des journalistes, mais aussi certains juges, psychologues ou experts en santé mentale. De très nombreux autres journalistes ont également apportés les récits de leurs expériences. La version papier comporte deux éditions, une en anglais, l’autre en français. Un site internet sera  également disponible pour une mise à jour constante. Le projet sera lancé à Toronto le 24 avril pour l’édition anglophone et quelques jours plus tard à Montréal pour la version francophone. Il y aura également des évènements dans les écoles et des séminaires sur le web. « Le projet se destine aux jeunes journalistes et aux journalistes généralistes » détaille Mme Hawkes. Elle poursuit : « Ce guide tente d’apporter une réponse à toutes les éventuelles de questions que peuvent se poser les journalistes. Il recense aussi le nom des contacts pertinents à interroger pour comprendre le contexte et il aide à utiliser les termes appropriés. » Mais ce guide vise aussi à prévenir les troubles mentaux des journalistes eux-mêmes. « Le Canada est un pays assez sûr donc les journalistes ne sont pas habitués à couvrir des faits obscènes, comme des meurtres violents. La couverture de tels évènements influe sur le mental des journalistes » relate la productrice exécutive. Le guide tente ainsi d’accompagner ces journalistes qui peuvent être ébranlés par certaines scènes difficiles.

Un AP stylebook option santé mentale

Des similitudes apparaissent clairement entre ce guide et l’Associated Press Stylebook, l’ouvrage des usages et du style de l’institution américaine. Jane Hawkes ne cache pas que le projet s’en inspire. Comme l’AP Stylebook, une édition papier et une édition web existent. Comme l’AP Stylebook, le but est d’apporter toutes les clés dont ont besoin les journalistes. « Majoritairement, lors de la couverture d’une affaire de meurtre, les journalistes écrivent le nom de la victime, celui du meurtrier présumé et les détails factuels.  Le guide vise à modifier cette habitude pour qu’ils s’interrogent sur les raisons du crime et analyse la présence ou non de la composante santé mentale» note Jane Hawkes. Mais contrairement au guide de l’agence de presse, le projet sur la santé mentale n’intègre ni présence sur les réseaux sociaux, ni application dédiée sur les nouveaux supports numériques (smartphones, tablettes).

Vidéo de présentation de l’Associated Press Stylebook 2013

Des guides de ce type existent dans d’autres pays anglophones. La Grande Bretagne ou l’Australie disposent par exemple de ce genre d’ouvrage.

Il reste maintenant à souhaiter que le guide complet du reportage sur la santé mentale obtienne le même succès et la même longévité que l’AP Stylebook, qui fête cette année sa 47ème édition.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s